Un service proposé par

Étudiant : quel budget mensuel prévoir ?

Les années lycée sont derrière vous. À présent, place à la vie d’étudiant tant attendue ! Selon le ministère de l’Enseignement supérieur, les deux tiers des étudiants ne vivent plus chez leurs parents. Mais tous ne sont pas pour autant 100 % autonomes. Car qui dit études supérieures dit dépenses supplémentaires, mais aussi budget à gérer. Certains peuvent toujours compter sur leurs parents, d’autres concilient travail et études. Dans tous les cas, il faut prévoir ces futures dépenses. Cela implique de bien planifier son budget mensuel étudiant.

Quel budget nourriture pour un étudiant ?

Le poste nourriture pèse un certain poids dans le budget mensuel d’un étudiant. Entre les courses alimentaires et les repas pris au restaurant universitaire, il faut compter 200 à 300 €* par mois en moyenne. À savoir que dans les restaurants universitaires, deux tarifs sont aujourd’hui proposés :

  • 3,30 € le ticket pour les étudiants non boursiers ;
  • 1,00 € le ticket pour les étudiants boursiers.

Pour ces tarifs réduits, vous avez des repas complets, variés et équilibrés.

Quel argent de poche pour un étudiant ?

Les étudiants ont besoin de temps en temps de moments de détente pour relâcher la pression. Et c’est bien normal ! Un budget vie étudiante tiendra alors évidemment compte des loisirs et sorties. Une somme comprise entre 50 et 100 €* paraît raisonnable pour commencer. Pensez à demander à votre enfant comment il utilise cet argent. Il est toujours temps de revoir son budget mensuel étudiant à la hausse – si bien sûr vous en avez les moyens – afin de couvrir au mieux ses besoins.

Quels sont les deux principaux postes de dépense pour un étudiant ?

Le logement constitue, pour les étudiants, la plus grande part des dépenses mensuelles. Viennent ensuite les études (frais de scolarité). Même si elles peuvent dans certains cas être moindres en comparaison du budget nourriture. Tout dépend où vous vous inscrivez…

Les frais de scolarité

Bien évidemment, les frais de scolarité seront moins élevés si les études sont suivies dans une école publique ou une université, plutôt qu’en école privée. Dans les écoles privées, ces frais peuvent en effet s’élever à plusieurs milliers d’euros par an. Tandis qu’à l’université, il faut compter par exemple 170 €* pour une année de cycle licence et 243 €* pour une année de cycle master (chiffres pour la rentrée 2022-2023). Il faut également ajouter la contribution vie étudiante et de campus (CVEC). Celle-ci s’élève à 92 € par an.

À noter : gratuité pour les étudiants boursiers

Les études universitaires pour les étudiants boursiers sont gratuites. Ils ne paient ni les frais d’inscription ni la CVEC.

Le logement

Pour l’année 2021-2022, le budget mensuel étudiant pour le poste loyer était de 550 €*, selon les chiffres de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF). Naturellement, la ville de résidence joue énormément sur le prix du loyer. À Paris, les loyers sont sans surprise parmi les plus chers de France (850 € en moyenne, ex aequo avec Nice). Tandis qu’au Mans, par exemple, le loyer est presque 2,5 fois moins élevé (350 € en moyenne).

Hors loyer, quel est le budget moyen d’un étudiant par mois ?

Aux frais liés à l’alimentation, aux études et aux loisirs/sorties, s’ajoutent les frais de la vie courante. À intégrer nécessairement dans son budget vie étudiante, ces frais incluent notamment les postes suivants :

  • Énergie (gaz, électricité) ;
  • Eau ;
  • Transports ;
  • Forfait téléphone ;
  • Abonnement internet ;
  • Santé ;
  • Produits d’hygiène/entretien.

Le budget moyen d’un étudiant par mois pour vivre et payer ses études est ainsi estimé entre 400 et 2 000 €*, soit 3 600 à 18 000 €* par année universitaire (septembre à mai).

Quelles sont les aides pour les étudiants ?

Il existe différents moyens de réduire le budget mensuel d’un étudiant.

Les aides nationales

L’aide au logement

Trois types d’allocations existent :

  • L’aide personnalisée au logement (APL) : pour la toucher, le logement doit être conventionné (loyer plafonné, locataire à faibles ressources…).
  • L’allocation de logement familiale (ALF) : cette aide est réservée à certaines situations familiales.
  • L’allocation de logement sociale (ALS) : elle est versée dans les autres cas.

Les allocations logement sont accordées sous conditions de ressources (salaire, bourse…). Il ne faut donc pas dépasser certains plafonds. Attention : si vous percevez une aide au logement, vous ne serez plus considéré comme étant à la charge de vos parents. En conséquence, leurs prestations sociales peuvent être revues à la baisse, voire supprimées.

Vous pouvez toucher une aide au logement y compris si vous êtes en colocation. Le loyer pris en compte pour le calcul de l’aide sera alors divisé par le nombre de colocataires. Chacun doit faire sa propre demande d’aide au logement.

Les autres allocations

En fonction de leur situation, les étudiants peuvent bénéficier d’autres aides, parmi lesquelles :

  • La bourse sur critères sociaux (BCS) : jusqu’à 6 883 €*/an ;
  • L’aide au mérite : entre 900 et 1 800 €*/an ;
  • L’aide à la mobilité internationale : jusqu’à 3 600 €*/an ;
  • L’aide d’urgence : jusqu’à 5 736 €*/an ;
  • L’aide à la mobilité pour l’inscription en master 1 : 1 000 €*/an.

Certaines aides sont cumulables avec d’autres.

Les aides régionales

En complément des dispositifs nationaux d’aides financières, les étudiants peuvent prétendre à des aides et bourses de leur région. Toutes les régions proposent par exemple une carte permettant de bénéficier de réductions, d’avantages culturels et autres bons plans (carte Avantages Jeunes en région Bourgogne-Franche-Comté, Pass’Région en région Auvergne-Rhône-Alpes, Génération HDF pour les Hauts de France…). Pour connaître tous les coups de pouce auxquels vous avez droit, rapprochez-vous de votre collectivité.

Pour boucler le budget mensuel étudiant de votre enfant, au-delà du prêt étudiant (à souscrire par votre enfant majeur en son nom), il y a le prêt personnel. Si vous avez déjà un ou plusieurs prêts en cours, pensez au regroupement de crédits. Cette opération vous permettra de réduire vos mensualités. En contrepartie, la durée de remboursement sera allongée et le coût total du crédit, augmenté.

C’est ça un crédit astucieux !

Les informations présentées sont à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de CGI Finance de l’utilisation faite de ces informations et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler. De plus, les informations communiquées n’ont aucune valeur contractuelle et ne sauraient engager CGI FINANCE quant à l’acceptation d’un dossier de financement.*Les prix communiqués sont purement à titre indicatif.

Le présent article est rédigé par thomas pour CGI Finance.